17 septembre 2020 (17h00-19h30) – Le financement des politiques publiques entre contraintes et opportunités budgétaires

Lieu : Bâtiment Vauban, salle Visio V4064 Est 1, Bercy, 139 rue de Bercy, Paris 12e et par visioconférence.
inscription préalable requise(nombre de places limité ; une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée).
 

« Les « contrats de Cahors », le principe de la maîtrise des dépenses publiques et les relations financières entre l’Etat et les collectivités territoriales »Francesca Artioli, Université Gustave Eiffel, (LabUrba), Daniel Florentin, Ecole des Mines, (ISIGE), Nicolas Maisetti, Université Gustave Eiffel (LATTS)

« Que faire d’un secteur excédentaire ? Le cas des concessions d’autoroutes (1955-2005) »  Raphaël Clouet, Ecole Normale Supérieure (Ulm).
 
 
La séance de rentrée du GRAB sera consacrée à l’étude des contraintes et des opportunités qui déterminent le financement des politiques publiques. La période contemporaine a été marquée par un renforcement progressif des politiques de la « contrainte budgétaire » (Bezès, 2018 ), qui encadrent désormais les pratiques de l’ensemble des administrations publiques. De ce point de vue, la fabrique des « contrats de Cahors » – comme le montrera la première communication, nourrie des résultats de l’ANR-INVEST – constitue une entrée intéressante pour comprendre les enjeux et les modalités de réception d’une procédure instituée en 2018, dans le but de maîtriser les dépenses locales par la « contractualisation financière ». Les contextes divers dans lesquels s’opère le financement des politiques publiques peuvent toutefois être caractérisés par des situations inverses, dans le cadre desquelles l’abondance des ressources nourrit des luttes d’appropriation et, surtout, des oppositions autour des usages et de l’orientation de cette manne financière ; c’est à ce type d’enjeux que s’intéressera la seconde communication, à partir d’une enquête sur les évolutions de la politique autoroutière (1955-2005).
 
 
Francesca Artioli est maîtresse de conférences en aménagement et urbanisme à l’Université Paris Est-Créteil et membre du Lab’Urba. Elle s’intéresse à la mutation de la production urbaine sous l’effet du retrait l’État,  des réformes de la propriété publique et de l’intensification des contraintes financières. Son travail interroge les relations entre l’Etat et les collectivités territoriales à l’aune de leurs effets sur l’action publique locale, dans la lignée de son travail de thèse sur les politiques de retrait territorial des armées et les projets fonciers et immobiliers qui y sont liés.
Daniel Florentin est maître-assistant en urbanisme et environnement à l’Institut Supérieur d’Ingénierie et de Gestion de l’Environnement de Mines Paris Tech. Il est chercheur associé au Centre de Sociologie de l’Innovation et au Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés. Il travaille sur la manière dont les transitions environnementales, énergétiques et sociopolitiques transforment les services urbains (réseaux d’eau et d’énergie), les travaux publics (construction, voirie) et les cadres traditionnels de l’action publique locale. Cela passe notamment par une analyse des transformations sociotechniques à l’œuvre et l’émergence de politiques publiques locales de durabilité forte.
Nicolas Maisetti est post-doc en science politique à l’Université Gustave-Eiffel et membre du Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés. Après avoir travaillé sur les questions d’internationalisation des collectivités locales (Marseille ville du monde, Karthala, 2017), il participe actuellement à une recherche consacrée aux politiques de développement urbain au croisement des impératifs de rigueur budgétaire et de durabilité environnementale (ANR INVEST).
 
Raphaël Clouet est étudiant à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm). Dans le cadre de son Master « Pratique de l’interdisciplinarité en sciences sociales » (ENS/EHESS), il a réalisé une étude de sociologie juridico-financière sur les contrats des concessions autoroutières, à partir d’une enquête documentaire (archives des directions du Trésor, du Budget et des Routes) et d’une quarantaine d’entretiens auprès de responsables politiques, administratifs ainsi que des dirigeants des groupes concessionnaires.
 
Séminaire organisé avec le soutien de l’Institut de la gestion publique et du développement économique, du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, du Centre d’études des mondes moderne et contemporain (EA 2958) et du Centre de recherche Droit et territoire (EA 3312).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search