14 mai 2019 – Les chiffres du budget : fabrique et usages de l’information financière

La quatrième séance du séminaire du Groupe de recherche sur les affaires budgétaires (XIXe-XXIe siècles) se tiendra mardi 14 mai, à Bercy,  Bâtiment Colbert – Salle 2290M, de 17h00 à 19h30.

Compte tenu des capacités de la salle, une inscription préalable est requise via le formulaire en ligne, accessible jusqu’au 13 mai, minuit. Une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée du ministère.

Séminaire organisé avec le soutien de l’Institut de la gestion publique et du développement économique, du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, du Centre d’études des mondes moderne et contemporain (EA 2958) et du Centre de recherches Droit et territoire (EA 3312).

  • Sébastien Kott, Université de Poitiers, Institut de droit public, « Comment l’État tient-il ses comptes ? »
  • Béatrice Touchelay, Université de Lille, UMR 8529-IRHIS, « De la rentabilité des dépenses publiques ? L’exemple des pensions de guerre et celui des services de lutte contre la fraude (années 1920-années 1960) »

Tout chercheur qui travaille sur le financement des politiques publiques est confronté à la surabondance des données : données budgétaires (du projet de loi de finances à la loi de règlement) mais aussi données issues de la comptabilité nationale et de la comptabilité générale . Pour exploiter correctement ces chiffres, il importe d’en comprendre à la fois la fabrique (entre jeux d’écriture et représentation quantifiée d’un réel qu’ils prétendent ordonner ou décrire) et les usages qui en sont faits par les acteurs. Dans quelle mesure cette approche constructiviste des données comptables et budgétaires peut-elle s’accommoder d’un réemploi de ces données à des fins d’analyse d’une politique publique, à l’instar de la démarche couramment suivie par les économistes ? Telles sont les questions que nous aborderons au cours de cette séance.

Sébastien Kott est juriste, spécialiste des finances publiques. Auteur d’une thèse sur le contrôle des dépenses engagées, il mène des recherches sur les aspects juridiques de la gestion publique. Il a notamment co-dirigé les publications tirées du séminaire « Histoire de la gestion des finances publiques », organisé avec Philippe Bezès, Florence Descamps et Lucile Tallineau ( L’invention de la gestion des finances publiques, Élaborations et pratiques du droit comptable et budgétaire au XIXe siècle 1815-1914 , Paris, CHEFF, volume I, 2010; Du contrôle de la dépense à la gestion des services publics (1914-1967), Paris, CHEFF, volume II, 2013 ). Signalons également, sous sa direction, Droit et comptabilité : la spécificité des comptes publics , Paris, Économica, 2017.

Auteur d’une thèse sur l’INSEE, des origines à 1961, Béatrice Touchelay s’intéresse à l’histoire de la quantification dans ses différentes dimensions, dimensions publiques avec les statistiques et dimensions privées avec la comptabilité des entreprises : fabrication, usages et effets de ces chiffres sur les sociétés et les acteurs qui les mobilisent.. Son mémoire inédit de HDR est publié sous le titre : L’État et l’entreprise. Une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française , Rennes, PUR, 2011. Elle travaille également sur l’histoire de la fiscalité et de la fraude. Avec Isabelle Bruno et Florence Jany-Catrice, elle a dirigé en 2016 The Social Sciences of Quantification. From Politics of Large Numbers to Target-Driven Policies, Springer, 2016 (https://www.springer.com/fr/book/9783319439990).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.