18 juin – Le budget, la dette et la monnaie : lectures croisées sur les mutations à l’œuvre au XXe siècle

La cinquième séance du séminaire du Groupe de recherche sur les affaires budgétaires (XIXe-XXIe siècles) se tiendra mardi 18 juin, à Bercy,  Bâtiment Colbert – Salle 2290M, de 17h00 à 20h00.

Compte tenu des capacités de la salle, une inscription préalable est requise via le formulaire en ligne, accessible jusqu’au 17 juin, minuit. Une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée du ministère.

Séminaire organisé avec le soutien de l’Institut de la gestion publique et du développement économique, du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, du Centre d’études des mondes moderne et contemporain (EA 2958) et du Centre de recherches Droit et territoire (EA 3312).

• Laure Quennouëlle-Corre, CNRS, UMR 8558 CRH – équipe GrHEco, « Le  Trésor, la dette et la croissance durant les Trente Glorieuses »
• Benjamin Lemoine, CNRS, UMR 7170 IRISSO, « Monnaie et financement du Trésor. Politiques de couplage et de découplage »

Le projet du GRAB est d’éclairer les choix budgétaires en ce qu’ils contribuent à façonner l’action publique ; à certains égards, la question des ressources pourrait être considérée comme extérieure à ce champ d’investigation, ou tout au moins périphérique. A l’encontre de ce postulat, l’analyse des logiques qui conduisent au choix de certains modes de financement (avances de la Banque de France, circuit du Trésor, bonifications d’intérêt, dette négociable, dépenses fiscales, etc.) et de leurs effets sur les politiques budgétaires nous semble constituer un préalable incontournable. La cinquième séance du GRAB est ainsi consacrée aux interdépendances entre budget, dette et monnaie au cours du XXème siècle ; il s’agira notamment de revenir sur les usages et les évolutions du financement par la dette, technique ambivalente qui renvoie tant à la question des ressources que des dépenses budgétaires.

Spécialiste d’histoire monétaire et financière contemporaine, Laure Quennouëlle-Corre a soutenu sa thèse sur les évolutions du rôle de la direction du Trésor entre 1947 et 1967, mettant notamment en évidence les conditions d’émergence et les logiques de fonctionnement du « circuit du Trésor ». (L’Etat-banquier et la croissance, la direction du Trésor 1947-1967, Paris, CHEFF, 2000 ; accessible en ligne sur le site de l’IGPDE). Par la suite, ses recherches se sont orientées vers l’histoire des places financières et des marchés de capitaux (La place financière de Paris au XXème siècle. Des ambitions contrariées, Paris, CHEFF/IGPDE, 2015) et la place des femmes dans le secteur bancaire et financier (séminaire de recherche « Des femmes qui comptent », organisé avec Sabine Effosse à l’Université Paris Nanterre). Elle a également codirigé avec l’historienne Florence Descamps plusieurs ouvrages sur les finances en temps de guerre.

Benjamin Lemoine, sociologue, a consacré sa thèse aux transformations contemporaines des modalités de financement de l’Etat. Après avoir étudié les conditions d’émergence d’un nouvel ordre marqué par la relégation des techniques de financement administré et par la progressive « mise en marché » de la dette (L’ordre de la dette. Enquête sur les infortunes de l’Etat et la prospérité du marché, Paris, Seuil, 2016), il s’est plus récemment intéressé, à partir du cas de l’Argentine, aux enjeux de la restructuration de la dette (« Politiques de la faillite », Actes de la recherche en sciences sociales, 2018/1, n° 221-22). Inscrites dans une perspective de sociologie politique de l’économie, ses recherches portent également sur les modalités de production et les usages sociaux de la quantification.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.